En voyant ces formes, quelqu’un me demanda un jour si je m’étais inspirée de statues préhistoriques telles que les statues-menhirs de Filitosa en Corse. Ce n’était pas le cas et je n’ai visité ce lieu que bien plus tard. Je comprends toutefois ce rapprochement et, depuis, j’appelle ces objets, d’aspect massif et solide, mes mégalithes. Le contraste ne saurait être plus grand avec mes « paysages intérieurs ».

Rester debout, envers et contre tout. « Je suis Charlie ».

Mes premiers mégalithes étaient en forme de triangle reposant sur l’un des sommets. Pour certaines personnes, ils évoquaient des jambes en l’air. En retournant « Échappée », une tête m’apparut. Ceci a conduit à des objets où le triangle repose sur l’un des côtés (« Sibyllin », « Voyage intérieur » et « Introspection »).

Des ouvertures et échappées reviennent souvent dans mes pièces. Je ne me l’explique pas. On pourrait l’interpréter comme une invitation à aller au-delà de la surface des choses.

Ce thème figure sous « Megalieten » dans la galerie.