À l'occasion d'une exposition au musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam il y a quelques années, j'ai découvert le travail de Rachid Koraïchi, artiste algérien.

Depuis, je suis fascinée par ses signes ou caractères. Je me suis inspirée de ces motifs, traduits en trois dimensions, pour faire une série d'objets de terre cuite, hauts de 20 à 30 cm. Je l'ai intitulée « Teken aan de wand? » en néerlandais, un terme qui pourrait être traduit par « Mauvais présage ? » en français ; toutefois, littéralement, le titre néerlandais signifie « signe au mur ».

Pour moi, ces figures évoquent autant d'êtres à part entière, chacun différent et digne d'intérêt. Et ce, dans un monde qui, hélas, semble s'uniformiser toujours davantage et où la différence éveille aujourd’hui souvent la suspicion.